1 super projet

2 couples

3 ans de travaux

Dès son initiation le projet agricole s’est porté sur la production végétale et plus précisément vers celle de petits fruits, associée à l’arboriculture, à un atelier d’apiculture permettant une meilleure pollinisation, ainsi qu’un petit atelier de poules pondeuses : une complémentarité nécessaire et une production tournée vers l’agriculture biologique.  Nous avons pu acquérir une vieille ferme sur notre commune Bellecombe-en-Bauges, , pouvant accueillir nos deux grandes familles et possédant surtout 60 ares de terres situées au sud de la maison. Le projet était lancé, nous allions transformer cette pâture située à 870m d’altitude en une ferme agricole bio !

La surface cultivable étant en légèrement pente orientée Sud-Est rejoignant un nants bordé de ripisylve de frênes et de noisetiers.

Les plants ont pu être commandés dès l’été 2016 afin d’être livrés et plantés avant que le gel n’arrive.

Nous avons préparé la terre en superficie, sans toucher à sa structure, afin qu’elle puisse accueillir les plants tout en préservant la biodiversité déjà présente dans le sol.

C’est ainsi que début novembre 2016, nous avons planté environ 1125 jeunes plants de petits fruits, qui ont été complété avec 60 arbres fruitiers en octobre 2017, puis de nouveaux 400 plants de petits fruits en octobre 2018.

Les bleuets ont été plantés dans une butte de tourbe de sphaigne tandis que tous les autres plants sont directement mis en terre.

A peine plantés, ce ne sont pas moins de 9 bottes de paille qui ont servi à couvrir tous nos plants. Chaque année, nous avons besoin maintenant de 5 bottes afin de faire le tour de toutes nos plantations. Cette paille a son utilité : elle empêche l’herbe de pousser aux pieds des plants, elle garde l’humidité même en période de sécheresse, elle sert de refuge aux insectes et micro-organismes dont l’action est décisive sur les plants cultivés. Le pari actuel est de ne pas utiliser du tout de plastique sur la ferme : le paillage est donc naturel et il n’y a aucune serre. A voir dans la durée si nous arrivons à poursuivre ainsi car il est certain que le temps de désherbage est bien plus important.

L’année suivante, nous avons installé le palissage pour tous les mûriers et les framboisiers. Et pour cela, nous avons utilisé une tarière pour faire pas moins de 300 trous permettant de bien implanter les piquets de châtaigner et les enfoncer de près de 50 cm dans le sol !

Nous en avons profiter pour faire le tour de l’exploitation afin d’électrifier le périmètre, histoire de limiter l’accès aux cervidés qui adorent manger les feuilles de ces petits arbustes.

La mise en place de l‘irrigation a également été une étape importante pour la ferme. L’eau est stockée dans un puits ainsi que dans deux cuves de récupération d’eau de drainage du champ voisin, nous permettant de ne pas utiliser l’eau du réseau. L’irrigation est nécessaire car au cours de nos deux premières années, nous avons remarqué que le manque d’eau est vraiment problématique pour nos plants, et ce, malgré une altitude qui laisse penser que nous sommes privilégiés avec des nuits toujours fraîches.

Il a fallu relier chaque rangée, chaque plant, vérifier les raccords et maintenant il faut enterrer les câbles afin de pouvoir passer la tondeuse sans les tondre 🙂

Et en parlant tonte de l’herbe, depuis 3 ans nous avons des « aides-tondeuses » de mai à novembre. Bon, leur gestion est compliquée et il faut être très rigoureux car les feuilles de framboisiers sont des bonbons pour eux. Le but est de minimiser notre impact écologique et donc d’utiliser le moins possible de tondeuse thermique.

Nos agnelles 2019 : Beige, Noire, Marke, et 23

Les moutons ne sont pas les seuls animaux sur place. Nous avons également un atelier de 30 poules pondeuses. Après avoir perdu plusieurs batailles contre les renards, nous avons électrifié le contours de l’enclos à 10 cm du sol et depuis, nous n’avons pas subi de pertes. Nos p’tites poulettes bénéficient d’un grand parcours de plein air, d’un poulailler sur pilotis (et oui, rien que ça !) sous lequel elles peuvent s’abriter quand il pleut ou qu’il neige et de pondoirs douillets !

3 ans après les premières plantations, on se rend compte de l’évolution de nos cultures ! Et quelle évolution ! Les récoltes de l’été 2019 ont été belles et nous ont confortés dans notre choix de vie. Nous attendons maintenant 2020 avec du gel mais pas trop tard en saison, de la pluie, du soleil, de la chaleur et surtout l‘envie de bien faire !